communiqué de presse 2018

communiqué de presse 2018

  1. MÉNAGE DE PRINTEMPS : bicarbonate, savon noir et vinaigre incontournables dans les écoles, et à la maison ?

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Chauny, le 22 mars 2018

    Le retour des beaux jours appelle un bon nettoyage en profondeur de la maison. Les particuliers pourraient s'inspirer des méthodes employées dans les lieux accueillant des enfants. Les produits écologiques garantissant une bonne qualité de l'air intérieur y sont de plus en plus souvent privilégiés. Face à cet enjeu, la Compagnie du bicarbonate offre des solutions naturelles, efficaces, sans aucune toxicité pour l'utilisateur et fabriquées en France.

    Produits écologiques de la Compagnie du Bicarbonate

    Vinaigre Naturel Concentré

    Depuis le 1er janvier, une loi oblige les écoles maternelles et élémentaires, ainsi que les crèches, à surveiller la qualité de l'air de leurs bâtiments (Source).

    Une grande proportion de produits d’entretien, surtout ceux qui revendiquent des effets désinfectants et désodorisants, diffusent dans l’atmosphère intérieure des molécules irritantes, allergisantes ou perturbatrices du système endocrinien.

    La Compagnie du Bicarbonate collabore avec les crèches de la France entière pour les aider à mettre en place des méthodes de nettoyage conformes au principe qu’elle revendique depuis sa création : « Sûres, Simples, et Sensées ».

    Le bicarbonate y occupe naturellement la première place.

    En effet, bien utilisé, il sait tout faire ou presque… il est capable de neutraliser et d’absorber les odeurs (et non pas de les masquer), de réduire la présence des acariens sources d’allergies, de neutraliser le calcaire de l’eau, de diviser par deux la consommation de lessive ou de pastilles lave-vaisselle et de nettoyer les plats, les fours et les inserts les plus encrassés.

    Il ne diffuse dans l’air intérieur aucun des « COV » (Composés Organiques Volatils) qui inquiètent tant – et à juste titre – la population, les associations, les professionnels de santé et les pouvoir publics. Plus d'infos

    Son utilisation permet en plus de réduire considérablement les dépenses de produits d’entretien. Inutile de dire que lorsqu’il est testé à la maison, à la crèche ou à l’école, il est rapidement et définitivement adopté pour le plus grand plaisir des petits (les enfants) et des grands (les parents, le personnel enseignant et les équipes d’entretien).

    Nicolas Palangié, Directeur de la Compagnie du Bicarbonate

    Nicolas Palangié, fondateur de la Compagnie du Bicarbonate

    Nicolas Palangié, l'expert du bicarbonate

    Livre "Bicarbonate : un concentré d'astuces" par Nicolas Palangié

    Auteur de plusieurs livres aux éditions Eyrolles concernant l'usage du bicarbonate vendus à plus de 60.000 exemplaires. Nicolas Palangié, ancien responsable du développement chez Solvay, le plus grand fabricant mondial de bicarbonate, dirige depuis 2010 la Compagnie du Bicarbonate dont il est le fondateur. Il est aussi à l'initiative du blog monbicarbonate.fr, premier blog francophone consacré au bicarbonate, pour partager son savoir avec les internautes. Ce site internet recense plus d’un million de visiteurs par an.

     

     

    En complément : le vinaigre, le savon noir

    vinaigre ménager de la Compagnie du BicarbonateLa Compagnie du Bicarbonate propose deux autres produits exclusifs très complémentaires au bicarbonate pour l'entretien de la maison : un vinaigre végétal naturel concentré à 14° et du savon noir authentique.

    Ce vinaigre, écologique car issu d'un procédé entièrement naturel et fabriqué à Reims, est deux fois plus concentré, ses concurrents plafonnant souvent à des valeurs comprises entre 6° et 8°. Son efficacité est donc doublée. Il détartre et protège les appareils domestiques - lave-linge et lave-vaisselle, cafetière, bouilloire etc - , adoucit le linge, nettoie et fait briller, désodorise et assainit. Plus d'infos

    Savon noir 5L de la Compagnie du BicarbonateQuant au savoir noir, la Compagnie du Bicarbonate a développé son propre produit avec la Savonnerie du Sérail, lieu de fabrication traditionnelle depuis 1949 du savon de Marseille basé dans la cité phocéenne. Ce savon est saponifié, cuit en chaudron uniquement à partir d'huiles végétales - huile d'olive et huile de lin - sans huile de palme. Economique et respectueux de l'environnement, entièrement végétal, sans solvant et sans colorant, ce savon noir à l’huile est biodégradable. Nettoyant naturel efficace et polyvalent à la maison, il se subsitue aisément à plus d’une dizaine de produits ménagers. Plus d'infos.

     

     

    Un nettoyage de printemps réussi : nos conseils (recettes)

    Utilisation du bicarbonate de soude dans le frigoLavage des sols et des surfaces alimentaires : 3 cuillères à soupe (env. 50 g) et 3 cuillères à soupe (env. 45 ml) de savon noir dans un seau (10 litres) d’eau chaude.

    Utilisation du bicarbonate de soude pour l'assainissement des tapisDésodorisation et assainissement des matelas, des tapis et moquette : env. 20 g de bicarbonate fin par mètre carré à saupoudrer uniformément. Brosser pour faire pénétrer dans les fibres, laisser agir de 2 à 12 heures, puis aspirer.

    Utilisation du bicarbonate de sodium sur une éponge pour les surfaces très grasses et très encrassées

    Pour les surfaces très grasses et très encrassées (vitres de fours et d’inserts, hotte): imprégner l’éponge de vinaigre pur, saupoudrer de bicarbonate. Frotter pendant l’effervescence.

    Utilisation du bicarbonate de sodium dans les machines à laver

    Une lessive totalement écologique : ¼ verre de savon noir et 1 cuillère à soupe de bicarbonate pour remplacer la lessive, ½ verre de vinaigre pour remplacer l’adoucissant.

    Détartrage des lavabos, des éviers, des douches et des robinets : du vinaigre végétal naturel sur une éponge, pur ou dilué de moitié. Pour la cafetière ou la bouilloire : dilué de moitié, bien rincer par la suite.

    Attention : le bicarbonate, le savon noir et le vinaigre sont des produits écologiques mais puissants. Protégez vos mains et vos yeux.

    Contact Presse : Nicolas Opigez
    Mail : nicolas.opigez@compagnie-bicarbonate.com – Tel. 06.84.97.39.18

    Compagnie du Bicarbonate
    "Les Linières", 25 bis, Bd de Bad Kostritz
    02300 Chauny

  2. Rapport issu de la concertation dédiée à l'APPRENTISSAGE : un chef d'entreprise et deux alternants s'expriment sur les pistes de réforme

    Le rapport pour le développement de l'apprentissage a été rendu le 29 janvier.

    Le rapport pour le développement de l'apprentissage a été rendu le 29 janvier.

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Chauny, le 7 février 2018

    La Compagnie du Bicarbonate, PME de l'Aisne qui a été primée l'année dernière aux Pépites de l'Apprentissage réagit aux propositions du groupe de travail :

    Alternants de la Compagnie du Bicarbonate en 2018 : Océane Dosigian, Dimitri Royer et Geoffrey Lopez

    Océane (à Gauche) et Dimitri (au centre) s'expriment sur les propositions du rapport.

    En premier lieu, les alternants apportent les précisions suivantes :

    Océane et Dimitri insistent sur la grande difficulté à trouver une entreprise d'accueil : il leur est souvent reproché leur manque d'expérience... on note d'ailleurs que seuls les apprentis ayant déjà fait des stages significatifs réussissent à décrocher une alternance... Les entreprises soulignent d'autre part que le coût d'un apprenti peut être rédhibitoire eu égard au fait qu'il n'est souvent en entreprise qu'à mi-temps, qu'il faut passer beaucoup de temps à le former. Quitte à intégrer des jeunes pas encore formés, les stagiaires sont nettement moins chers, sont à temps plein dans l'entreprise et la législation les concernant est moins contraignante.

    Océane insiste sur le peu d'ouverture des entreprises à l'apprentissage d'une façon générale. Elle précise même qu'elle a rencontré davantage de difficulté à se faire entendre dans les structures publiques que dans des entreprises privées.

    Dimitri explique qu'il a lui même dû choisir un BTS MUC (Management des unités commerciales) alors qu'il était plus attiré par le BTS NRC (Négociation Relation Clients) parce qu'il était visiblement plus facile de trouver une entreprise pour cette première formation.

    Enfin, du coté des jeunes, l'apprentissage peut faire peur : trop de travail en cumul avec les cours, moins de vacances, peur de ne pas pouvoir se consacrer suffisamment à ses études et donc de ne pas les réussir.

    Parmi les propositions présentées par le groupe de travail, certaines suscitent l'enthousiasme de nos jeunes alternants :

    "stage passerelle" (n°9) : Océane souligne qu'il est difficile à 18 ans de savoir pour quoi on est fait, et qu'on le droit à l'erreur. Elle ajoute qu'il ne faut pas que cela se transforme en indécision perpétuelle. Elle souligne aussi que certaines entreprises ne se comportent pas bien vis-à-vis des apprentis et qu'il faut alors pouvoir en changer.

    Aide personnalisée au transport et à l'hébergement (n°12) : lorsqu'un apprenti vit à un endroit A, que son centre de formation est à B et que son entreprise est à C et que les 3 sont distants de plus de quelques dizaines de km, cela devient ingérable...

    Référent "handicap" (n°13) : les personnes handicapées doivent avoir leur place dans le dispositif apprentissage.

    Rendre les entrées et sorties en apprentissage possibles en cours d'année (n°18): cela permettrait de rebondir plus efficacement en fluidifiant le recrutement des entreprises.

    Une réunion mensuelle entre le directeur du CFA et les représentants des apprentis (n°16) permettrait un suivi plus efficace et éviterait les dérives

    Imposer une certification type pour les maîtres d'apprentissage (n° 23) permettrait d'éviter certains profils qui existent malheureusement : les maîtres d'apprentissages "qui cherchent des larbins" (dixit les apprentis !).

    Permettre des périodes dédiées au travail personnel (n°28) permettrait en effet de réduire le stress.

    Fonder la rémunération sur le niveau de diplôme (n°29) est intéressant mais le critère de l'âge ne devrait pas être abandonné car on a davantage de besoins matériels à 20 ans lorsqu'on a quitté le domicile qu'à 16...

    Elargir aux apprentis l'éligibilité à la prime d'activité (n°30) paraît juste et équitable

    La revalorisation de la grille de rémunération (n°32) paraît évidemment séduisante mais attention car tout ce qui augmentera le coût pour les entreprises rendra l'intégration d'une entreprise plus difficile encore, préviennent Dimitri et Océane

    Préparer les apprentis qui le souhaitent à la création d'entreprise (n°38) est une excellente idée mais il faut veiller à ce que cela ne se traduise pas par la création d'un concurrent local au maître d'apprentissage, ce qui le rendrait encore plus réticent à prendre un(e) apprenti(e) !

    D'autres propositions suscitent davantage d'interrogations, voire même de réticences :

    les propositions n° 16 et 17 ne devraient pas être retenues car elles reviennent à abaisser le niveau de protection des mineurs et constituent un recul dangereux sur la protection des enfants au travail.

    Supprimer la limite d'âge supérieure (n° 19) serait une aberration car elle dénaturerait complètement le principe de base de l'apprentissage qui doit rester une porte d'entrée dans la vie professionnelle. Il existe d'autres dispositifs de reconversion et de ré-orientation professionnelle pour les adultes. Créer une concurrence entre des adultes déjà bien intégrés dans la vie active et des jeunes en devenir serait injuste.

    Nicolas Palangié, Directeur de la Compagnie du Bicarbonate

    Nicolas Palangié, Fondateur de l'entreprise en 2010, a très tôt misé sur l'apprentissage.

    Enfin, en ce qui concerne le chef de l'entreprise, il souligne les points suivants :

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le coût de l'alternance pour l'entreprise n'est pas réduit par rapport à un salarié classique, eu égard au fait que le jeune n'est plus ou moins qu'à mi-temps dans l'entreprise, que son emploi du temps est souvent difficilement compatible avec le rythme de l'entreprise et qu'il faut effectivement passer beaucoup de temps à le former. Par conséquent, tout ce qui augmentera le coût d'un apprenti pour l'entreprise se traduira inexorablement par un recul de l'apprentissage.

    Risquer une dégradation des conditions de travail des mineurs en leur imposant des normes professionnelles d'adultes en termes d'amplitudes horaires constituerait un recul social sans précédent... il vaut mieux diminuer le coût de l'apprenti mineur pour pallier cet inconvénient.

    Aider l'apprenti à se déplacer et à se loger est un besoin fondamental car il est évidemment très difficile de se procurer une voiture et de louer un appartement lorsqu'on est jeune. Le principe de conditionner ces aides aux ressources est néanmoins dangereux car il revient à priver les jeunes dont les parents ont des revenus plus élevés de l'autonomie qu'ils sont en droit d'attendre de l'apprentissage.

    Enfin, toutes les propositions permettant de mieux valider régulièrement l'adéquation du contenu des formations avec les besoins réels des entreprises ne peut qu'aller dans le bon sens...

     

  3. Une jeune société de l'AISNE a recruté 6 APPRENTIS en 4 ans dans un bassin d'emploi au taux de chômage record

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Chauny, le 16 janvier 2018

    Remise du prix « Pépites de l'Alternance ».

    Créée en 2010 à Chauny, la SAS Compagnie du Bicarbonate a misé très tôt sur l'apprentissage pour accompagner son développement. Ce dispositif est actuellement discuté entre le gouvernement, les partenaires sociaux et les régions pour qu'il devienne une voie d'excellence et de réussite accessible à tous les jeunes. Cette concertation aboutira à la remise d'un rapport début février 2018 (Source).

    La France compte un peu plus de 400.000 apprentis, un chiffre qui n'a guère évolué ces dernières décennies. C'est trois fois moins qu'en Allemagne. Pourtant, 85 % des jeunes décrochent un CDI dans les 7 mois qui suivent leur entrée sur le marché du travail. Partant de ce constat, le gouvernement s'efforce d'améliorer cette manière de se former, ce qui pourrait doper les activités de la Compagnie du Bicarbonate.

    En effet, cette société, trois ans après sa création, a accueilli en 2013 son premier alternant, Dimitri Royer, dans le cadre de son BTS Management des Unités Commerciales (MUC). 5 autres jeunes suivront la même démarche dans des domaines variés : gestion des stocks, préparation des commandes, la relation client, et le développement web (lire le récapitulatif ci-après).

    Auparavant, l'entreprise avait pris l'habitude d'accueillir des stagiaires sur des périodes limitées à 6 mois. Au contraire, l'alternance s'inscrit sur des durées plus longues - un an renouvelable en fonction du diplôme préparé - et favorise l'intégration progressive des jeunes.

    Les allers-retours hebdomadaires des jeunes entre la société et leur école sont jugés vivifiants par Nicolas Palangié, fondateur et directeur de la Compagnie du Bicarbonate. Ce dernier a noué des liens de proximité avec le Lycée Gay-Lussac de Chauny ainsi que l'INSSET de Saint-Quentin. Il échange régulièrement avec les professeurs, par mail ou au téléphone, voire via une plateforme connectée mise en place par l'INSSET facilitant la sauvegarde et la validation de documents de suivi : rapports de visite du professeur, bulletins de note, travaux divers etc.

    Cette relation de confiance se traduit par une présélection anticipée des profils les plus pertinents en fonction des besoins en recrutement.

    Les 30 kilomètres séparant Saint-Quentin de Chauny engendrent cependant des difficultés de déplacement ou de logement : la société est donc intervenue pour aider les jeunes.

    L'engagement de la Compagnie du Bicarbonate dans l'apprentissage lui a valu d'être lauréate du concours 2017 des « Pépites de l'Alternance » ouvert aux entreprises basées dans la Région Hauts-de-France, organisé par les membres du Clubster école/entreprise.

    Un mode d'intégration tourné vers la prise d'initiatives

    La petite taille de l'entreprise et la grande diversité de l'équipe - âges, formations, parcours - forment un environnement propice à l'enrichissement mutuel et à la fertilisation intellectuelle permanente. Ainsi, une grande importance est accordée à la délégation, à la force de proposition et à l'autonomie.

    Dès leur arrivée, les jeunes sont sensibilisés aux valeurs de l'entreprise, en particulier la solidarité, le respect et l'ambition. Pour avancer personnellement et faire avancer l'entreprise, une bonne intégration se mesure à certains détails comprenant la ponctualité, l'écoute des consignes. Nicolas Palangié estime que ces dimensions sont fondamentales, surtout lorsqu'il s'agit d'une première expérience professionnelle. Il veille à confier aux jeunes des responsabilités échelonnées dans le temps même sur des fonctions majeures et vitales pour l'entreprise.

    Un partenariat gagnant-gagnant entre l'entreprise, les jeunes et le territoire

    Malgré certaines contraintes, l'alternant bénéficiant de tous les droits d'un salarié lambda, une société, dès son lancement, a tout intérêt à s'approprier ce dispositif pour disposer en interne de compétences pointues sans trop peser sur les coûts salariaux. Lorsqu'un certain niveau de développement est atteint, l'apprentissage demeure un bon vecteur d'actualisation des pratiques et des technologies pour une entreprise mature.

    L'enjeu devient alors de fidéliser les jeunes, de les ancrer dans l'entreprise, ce qui contribue à la bonne santé économique du territoire. D'ailleurs, la Compagnie du Bicarbonate est située à Chauny, dans le bassin d'emploi référencé sous la Ville de Tergnier selon les statistiques de l'INSEE. Il se classe parmi les taux de chômage les plus élevés de la France métropolitaine, vers les 15 % environ.

    La localité possède pourtant de nombreux avantages concurrentiels favorables à l'installation d'entreprises. Le recrutement en alternance est facilité par la présence de nombreuses formations et en face, de peu de demandes, l'activité privée étant relativement faible. A cela s'ajoutent des coûts abordables en termes d'immobiliers d'entreprise, de salaires, de produits du quotidien par rapport aux grands centres urbains, et une qualité de vie appréciable.

    Quant aux alternants, l'apprentissage est source d'épanouissement professionnel, de confrontation à la réalité et aux exigences du monde du travail, d'acquisition de nouvelles compétences. Un bon moyen d'apprendre à partir de notions théoriques abordées en cours, de rentrer dans la vie active, de vivre de son travail, de se construire un avenir dans l'enceinte même de l'entreprise, le diplôme n'étant pas une fin en soi.

    Pour ces jeunes dont les cursus courent jusqu'au niveau Bac+5, ce mode de formation se révèle déjà une voie d'excellence. Certains d'entre eux, moins orientés vers un profil scolaire, valident leur diplôme avec aisance et obtiennent les premières places de leurs promotions respectives. Il faut souligner la participation active de l'entreprise à leurs évaluations par la notation.

    Récapitulatif de la situation des 6 anciens/actuels alternants de la Compagnie du Bicarbonate :

    De gauche à droite : Océane Dosigian, Dimitri Royer et Geoffrey Lopez.

    Dimitri Royer, recruté par la société à l'issue de son alternance en 2015, est issu du BTS Management des Unités Commerciales (MUC) proposé par le lycée Gay-Lussac de Chauny. Etudiante, Océane Dosigian poursuit actuellement le même parcours que Dimitri. Léna Vignon est aussi passée par ce diplôme et projette de créer son entreprise ou de parfaire son niveau d'études.

    Dans un tout autre registre, trois autres alternants ont développé leurs compétences dans le cadre de la licence « développeur web » de l'INSSET de Saint-Quentin. Il s'agit de David Gabrielli, ingénieur d'études chez Niji, et de Thierry Rizzo, alternant chez Air France Cargo en préparation d'un Master « Gestion de projets informatiques ». Enfin, Geoffrey Lopez, en Master 1ère année « Cloud computing » à l'INSSET de Saint-Quentin après la licence déjà citée, continue à officier au sein de la Compagnie du Bicarbonate pour la deuxième année consécutive.

    Découvrez leurs témoignages respectifs dans l'espace presse de la Compagnie du Bicarbonate.

    Contact presse :

    Nicolas Opigez

    Mail : nicolas.opigez@compagnie-bicarbonate.com – Tel. 06.84.97.39.18

  4. APPRENTISSAGE : les alternants témoignent

    6 alternants: 6 vécus de l'alternance à la Compagnie du Bicarbonate

     

    Océane Dosigian, Alternante à la Compagnie du Bicarbonate

    Océane Dosigian

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Aujourd'hui, j'ai 20 ans. Avant mon intégration à la Compagnie du Bicarbonate, j'étais étudiante diplômée d'un Bac Professionnel Commerce en 2016, en BTS Assistant Manager. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « Je l'ai su grâce à une alternante qui y travaillait lors de son BTS. »

    Dans le cadre de quel diplôme es-tu alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'ai intégré la Compagnie du Bicarbonate pour y préparer un BTS Management des Unités Commerciales pendant deux ans. »

    Quelle sont tes missions actuelles ?

    « Je suis chargée de préparer les commandes des clients, je m'occupe de leurs commandes à partir du moment où elles sont passées par le client jusqu'à leur départ de nos locaux, et même après. Je suis également chargée de renseigner le client par téléphone et par mail, de répondre à leurs besoins. »

    Quelle est la valeur ajoutée de ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je suis actuellement étudiante à la Compagnie du Bicarbonate pendant deux ans. Cette situation école/entreprise me permet de découvrir le monde du travail tout en poursuivant mes études. Mon expérience à la Compagnie du Bicarbonate me permet de découvrir un domaine qui m'était inconnu et d'approfondir mes connaissances, mais aussi d'améliorer mes compétences professionnelles. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « Une licence en alternance, je ne sais pas encore dans quelle filière. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfaite de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance car j'apprécie le fait que l'école et l'entreprise soient combinées. Je peux découvrir en étant en situation directe lorsque je suis présente en entreprise, je peux également poursuivre mes études pour obtenir mon diplôme, et cela, tout en travaillant. »

    David Gabrielli

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ? 

    « Avant mon arrivée à la Compagnie du Bicarbonate, j'avais 19 ans et je venais tout juste d'obtenir mon DUT Services et réseaux de communication que j'ai obtenu à la suite de mon Bac S ».

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « Je l'ai su par le biais du directeur de la Licence professionnelle dans laquelle j'étais inscrit, il m'a indiqué qu'une entreprise proche du Saint-Quentinois cherchait un alternant ».

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Dans le cadre de la Licence Professionnelle Développement Web proposée par l'Université de Picardie Jules Verne. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes différentes missions lors de mon année d'alternance à la Compagnie furent la gestion du site e-commerce basé sur Magento : création de fiches produits plus ou moins complexes, gestion du SEO dû à l'importance du positionnement du site sur les moteurs de recherche, gestion des réseaux sociaux, aide à la gestion de la refonte du site e-commerce, démarrage d'un projet de progiciel de gestion intégré. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Aujourd'hui, je suis ingénieur d'études, développeur front-end Javascript, dans une entreprise lilloise en CDI depuis début septembre. La Compagnie du bicarbonate a été ma première vraie expérience professionnelle dans le domaine de mes études autre que des stages, c'est ce qui m'a mis le "pied à l'étrier" et m'a permis de démarrer dans ma vie professionnelle. Un autre aspect qui fut intéressant est que le fait que la Compagnie soit une PME : j'étais le seul responsable de l'informatique dans l'entreprise, j'ai donc pris des décisions et cherché les réponses aux questions par moi même, ou contacté les experts informatiques des différents domaines avec lesquels travaillaient l'entreprise. Cet aspect impliquait aussi de ne pas rester que sur mes tâches mais de donner un coup de main au conditionnement ou à la préparation des commandes, c'est aussi une bonne chose car ça permet de comprendre les problématiques de toutes les personnes impliquées dans l'entreprise et ensuite, de pouvoir prendre de meilleures décisions. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?
    « Monter en compétences sur les différents framework Javascript afin d'avoir une base solide sur cette technologie pour, dans le futur, devenir expert technique ou architecte, voire CTO, mais en tout cas avoir un poste de référant technologique dans mon domaine. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance afin de rentrer au plus tôt dans la vie professionnelle et pratiquer au plus vite ce que j'apprenais à l'école, ne pas avoir que la partie théorique mais tout mettre en pratique. Je suis plus que satisfait de ce choix, toutes mes expériences d'alternance m'ont appris beaucoup et m'ont surtout apporté un niveau d'expériences que d'autres n'ont pas en sortant de l'école. Cela m'aide beaucoup aujourd'hui et je recommanderai l'alternance à toutes les personnes dont les études le permettent. »

    Geoffrey Lopez, Développeur web et alternant à la Compagnie du Bicarbonate

    Geoffrey Lopez

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je suis arrivé à la Compagnie à l'âge de 19 ans. Je venais d'obtenir mon DUT Métiers du Multimédia et de l'Internet, niveau bac +2, et je rentrais en licence professionnelle Web Developer à l'INSSET de Saint-Quentin, en alternance. C'est donc à ce moment que j'ai intégré la Compagnie du Bicarbonate. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J'ai trouvé une offre d'emploi sur internet. J'ai passé un entretien puis j'ai été engagé pour un an en tant qu'apprenti webmaster. »  

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'ai par la suite prolongé mon contrat jusqu'en septembre 2019 dans le cadre d'un Master Cloud & Computing toujours à l'INSSET de Saint-Quentin. »

    Quelle sont tes missions actuelles ?

    « Tout d'abord assurer la maintenance et la sécurité du site commercial mais également des blogs. J'ai également développé plusieurs outils informatiques permettant à l'entreprise de se développer en automatisant / informatisant certaines tâches et en donnant accès à certaines statistiques. J'ai assuré quelques missions de graphiste et de community manager. J'ai pris goût au commerce en ligne et aux valeurs de la Compagnie du Bicarbonate. »

    Quelle est la valeur ajoutée de ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Aujourd'hui, je suis toujours à la Compagnie du Bicarbonate en effectuant ma deuxième année en alternance. Il me restera une année en alternance avant de rentrer à 100% dans la vie professionnelle. J'ai conçu mon parcours professionnel de manière à avoir un maximum d'expérience pour compléter les diplômes. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J'aimerai géré une équipe sur des projets e-commerces. Mon rêve est de créer ma propre entreprise. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « Je suis satisfait de l'alternance et je la conseille à tous les jeunes. Il est parfois difficile et ennuyeux pour certains étudiants de n'avoir que la théorie. L'alternance permet d'avoir l'expérience et de mettre en pratique la théorie. De plus, l'alternance donne à l'apprenti le statut de salarié qui permet de commencer à avoir une certaine indépendance et la maturité indispensable en entreprise. Nous, les alternants, avons des responsabilités et devons faire preuve d'initiative. »

    Thierry Rizzo

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « J’avais 20 ans et je venais d’obtenir un Brevet de Technicien Supérieur en programmation et réseaux. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?
    « C’est l’INSSET de Saint-Quentin qui a fait relais de l'offre proposée par la Compagnie du Bicarbonate. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « J’ai effectué un an d’alternance à la Compagnie du Bicarbonate dans le cadre de ma Licence Pro Web Developpeur. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « Dans un premier temps, seule la mission de développeur m’était affectée. Ce n’est que dans un second temps, lorsque j’ai bien assimilé l’image de l’entreprise, que j’ai réalisé des travaux plus artistiques : étiquettes produit, communication internet, vidéos, etc. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?
    « Je suis actuellement en deuxième année de Master MIAGE à l'UFR des Sciences à Amiens. J’effectue mon alternance à Air France, où je suis Assistant à la Maîtrise et plus récemment Chef de projet junior. Ayant totalement changé de domaine et de taille d’entreprise, ces deux expériences sont complémentaires, elles m’apportent une vision globale du monde du travail. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?
    « À l'issue de mon alternance, je postulerai en tant que jeune cadre au sein d’Air France. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?
    « L'alternance permet d'accumuler de l’expérience pendant la préparation d'un diplôme, elle permet aussi de ne pas avoir à se poser de questions financières contrairement à beaucoup d'étudiants en formation continue. Elle valorise votre profil et vous ouvre des portes. Un jeune diplômé avec de l’expérience sera presque toujours prioritaire sur une personne n'ayant que des connaissances théoriques lors d’un recrutement. »

    Dimitri Royer

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'avais 19 ans et j'étais en première année de BTS NRC. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J’étais déjà stagiaire au sein de la Compagnie du Bicarbonate et j'ai demandé s'il était possible de continuer en alternance dans l'entreprise. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je réalisais mon BTS MUC en alternance. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes missions consistaient à préparer des commandes, produire, gérer l'accueil téléphonique et physique, les stocks. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Je suis actuellement en CDI au sein de la Compagnie du Bicarbonate. Mon expérience à la Compagnie du Bicarbonate m'a permis de démarrer dans la vie active, de prendre confiance en moi. J'ai progressé en même temps que l'entreprise. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J'aimerai gérer une équipe au sein de l'entreprise. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance pour obtenir de l'expérience professionnelle car j'ai fais un bac technologique, donc je n'ai pas effectué de stage. Oui, je suis satisfait de mon choix car cela m'a permis de rentrer dans la vie active à la fin de mes études. »

    Léna Vignon, ancienne alternante à la Compagnie du Bicarbonate

    Léna Vignon

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Avant mon passage à la Compagnie du bicarbonate, je venais de terminer mon Bac professionnel commerce, j’avais 18 ans. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J’ai su que la Compagnie du bicarbonate accueillait des alternants grâce à l’une de mes professeurs au lycée Gay Lussac. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Dans le cadre du BTS MUC. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes missions étaient de préparer les commandes de particuliers et de professionnels, j’ai également fait du conditionnement, je répondais aux questions et réclamations des clients par téléphone ou par mail, je gérais les stocks. J’ai aussi appris à préparer et à participer à des salons en présence de Nicolas qui m’a accompagné à chaque salon. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Je suis actuellement en recherche d’emploi en intérim. La Compagnie du bicarbonate m’a aidé à avoir plus confiance en moi dans mes décisions, ils m’ont appris à être polyvalente ce qui m’as permis d’apprendre beaucoup de choses. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J’essaie de mettre de l’argent de côté pour pouvoir ouvrir une boulangerie et je me suis inscrite avec l’école EF pour partir à l’étranger pendant 3 mois pour améliorer mon anglais. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfaite de ton choix à ce jour ?

    « Oui, car j’ai toujours pensé que l’on apprend mieux avec la pratique que le théorique, je suis très satisfaite de mon choix, cela m’a permis d’acquérir de l’expérience. »

4 article(s)