Nicolas Opigez

  1. "Chauny: une jeune société recrute 6 apprentis en 4 ans dans un bassin d'emploi au taux de chômage record" Echo FM 23/01/2018

     

      23 JANVIER 2018 -  155 VUES

    Créée en 2010 à Chauny, la SAS Compagnie du Bicarbonate a misé très tôt sur l'apprentissage pour accompagner son développement. Ce dispositif est actuellement discuté entre le gouvernement, les partenaires sociaux et les régions pour qu'il devienne une voie d'excellence et de réussite accessible à tous les jeunes. Cette concertation aboutira à la remise d'un rapport début février 2018. La France compte un peu plus de 400.000 apprentis, un chiffre qui n'a guère évolué ces dernières décennies. C'est trois fois moins qu'en Allemagne. Pourtant, 85 % des jeunes décrochent un CDI dans les 7 mois qui suivent leur entrée sur le marché du travail. Partant de ce constat, le gouvernement s'efforce d'améliorer cette manière de se former, ce qui pourrait doper les activités de la Compagnie du Bicarbonate. En effet, cette société, trois ans après sa création, a accueilli en 2013 son premier alternant, Dimitri Royer, dans le cadre de son BTS Management des Unités Commerciales (MUC). 5 autres jeunes suivront la même démarche dans des domaines variés : gestion des stocks, préparation des commandes, la relation client, et le développement web.

    Auparavant, l'entreprise avait pris l'habitude d'accueillir des stagiaires sur des périodes limitées à 6 mois. Au contraire, l'alternance s'inscrit sur des durées plus longues - un an renouvelable en fonction du diplôme préparé - et favorise l'intégration progressive des jeunes.
    Les allers-retours hebdomadaires des jeunes entre la société et leur école sont jugés vivifiants par Nicolas Palangié, fondateur et directeur de la Compagnie du Bicarbonate. Ce dernier a noué des liens de proximité avec le Lycée Gay-Lussac de Chauny ainsi que l'INSSET de Saint-Quentin. Il échange régulièrement avec les professeurs, par mail ou au téléphone, voire via une plateforme connectée mise en place par l'INSSET facilitant la sauvegarde et la validation de documents de suivi : rapports de visite du professeur, bulletins de note, travaux divers etc. Cette relation de confiance se traduit par une présélection anticipée des profils les pluspertinents en fonction des besoins en recrutement. Les 30 kilomètres séparant Saint-Quentin de Chauny engendrent cependant des difficultés de déplacement ou de logement : la société est donc intervenue pour aider les jeunes. L'engagement de la Compagnie du Bicarbonate dans l'apprentissage lui a valu d'être lauréate du concours 2017 des « Pépites de l'Alternance » ouvert aux entreprises basées dans la Région Hauts-de-France, organisé par les membres du Clubster école/entreprise. Un mode d'intégration tourné vers la prise d'initiatives La petite taille de l'entreprise et la grande diversité de l'équipe - âges, formations, parcours - forment un environnement propice à l'enrichissement mutuel et à la fertilisation intellectuelle permanente. Ainsi, une grande importance est accordée à la délégation, à la force de proposition et à l'autonomie.

    Dès leur arrivée, les jeunes sont sensibilisés aux valeurs de l'entreprise, en particulier la solidarité, le respect et l'ambition. Pour avancer personnellement et faire avancer l'entreprise, une bonne intégration se mesure à certains détails comprenant la ponctualité, l'écoute des consignes. Nicolas Palangié estime que ces dimensions sont fondamentales, surtout lorsqu'il s'agit d'une première expérience professionnelle. Il veille à confier aux jeunes des responsabilités échelonnées dans le temps même sur des fonctions majeures et vitales pour l'entreprise.

    Un partenariat gagnant-gagnant entre l'entreprise, les jeunes et le territoire
    Malgré certaines contraintes, l'alternant bénéficiant de tous les droits d'un salarié lambda, une société, dès son lancement, a tout intérêt à s'approprier ce dispositif pour disposer en interne de compétences pointues sans trop peser sur les coûts salariaux. Lorsqu'un certain niveau de développement est atteint, l'apprentissage demeure un bon vecteur d'actualisation des pratiques et des technologies pour une entreprise mature. L'enjeu devient alors de fidéliser les jeunes, de les ancrer dans l'entreprise, ce qui contribue à la bonne santé économique du territoire. D'ailleurs, la Compagnie du Bicarbonate est située à Chauny, dans le bassin d'emploi référencé sous la Ville de Tergnier selon les statistiques de l'INSEE. Il se classe parmi les taux de chômage les plus élevés de la France métropolitaine, vers les 15 % environ. La localité possède pourtant de nombreux avantages concurrentiels favorables à l'installation d'entreprises. Le recrutement en alternance est facilité par la présence de nombreuses formations et en face, de peu de demandes, l'activité privée étant relativement faible. A cela s'ajoutent des coûts abordables en termes d'immobiliers d'entreprise, de salaires, de produits du quotidien par rapport aux grands centres urbains, et une qualité de vie appréciable. Quant aux alternants, l'apprentissage est source d'épanouissement professionnel, de confrontation à la réalité et aux exigences du monde du travail, d'acquisition de nouvelles compétences. Un bon moyen d'apprendre à partir de notions théoriques abordées en cours, de rentrer dans la vie active, de vivre de son travail, de se construire un avenir dans l'enceinte même de l'entreprise, le diplôme n'étant pas une fin en soi. Pour ces jeunes dont les cursus courent jusqu'au niveau Bac+5, ce mode de formation se révèle déjà une voie d'excellence. Certains d'entre eux, moins orientés vers un profil scolaire, valident leur diplôme avec aisance et obtiennent les premières places de leurs promotions respectives. Il faut souligner la participation active de l'entreprise à leurs évaluations par la notation.

    Retrouvez l'article sur le site internet de la radio.

  2. "Chauny : l'alternance séduit la Compagnie du bicarbonate " L'Aisne nouvelle 17/01/2018

    EMPLOI

    Chauny : l’alternance séduit la Compagnie du bicarbonate

    La SAS Compagnie du bicarbonate commercialise des produits de nettoyage bio, mais se distingue aussi avec des emplois basés sur l’alternance.

    Par Pierre HALLADE | Publié le 17/01/2018

    Océane, Geoffrey et Dimitri travaillent en alternance à la SAS Compagnie du bicarbonate, et s’y épanouissent.

    Océane, Geoffrey et Dimitri travaillent en alternance à la SAS Compagnie du bicarbonate, et s’y épanouissent.

    tLa SAS Compagnie du bicarbonate que dirige Nicolas Palangié, le fondateur, mise sur la jeunesse. Son entreprise se développe grâce au travail en alternance. «  Lorsque les jeunes sortent de l’école et des études, o n leur demande de l’expérience lorsqu’ils passent un entretien d’embauche. Dès lors, il est compliqué d’être recruté  », déplore-t-il.

    En partant de ce principe, l’entreprise chaunoise a changé son fusil d’épaule voici quatre ans en se lançant dans les contrats d’apprentissage et de professionnalisation. Pour cela, des liens ont été noués avec le lycée Gay-Lussac de Chauny et l’INSSET de Saint-Quentin.

    « C’est du gagnant, gagnant »

    «  Aujourd’hui, nous avons d’excellents contacts avec les professeurs, précise-t-il. Il y a des échanges réguliers avec eux, par mail ou téléphone, voire via la plateforme connectée mise en place par l’INSSET pour la sauvegarde et la validation de documents, rapports lors des visites des enseignants, travaux et même bulletin de note. »

    Cet engagement dans le travail en alternance, a valu à la Compagnie du Bicarbonate d’être lauréate du concours 2017 des « Pépites de l’alternance », ouvert aux entreprises basées dans la région des Hauts-de-France.

    Ainsi, Océane Dosigian, Geoffrey Lopez et Dimitri Royer vivent cette expérience et soulignent à l’unanimité que «  l’alternance est aujourd’hui unanimement reconnue. »

    Le mieux placé pour l’évoquer n’est autre que Dimitri qui, dans le cadre de son BTS management des unités commerciales (MUC), vient de signer son CDI. Pour Océane et Geoffrey (développeurs Web), encore en alternance, ils découvrent le monde du travail, « essentiel pour la suite de nos carrières professionnelles. »

    Aujourd’hui, il ne fait plus l’ombre d’un doute que l’apprentissage est une bonne solution, si le contexte reste favorable. «  Pour ces jeunes, ce mode de formation est une voie d’excellence, termine Nicolas Palangié. C’est du gagnant-gagnant pour tout le monde. D’autres étudiants, passés ici, ont bien évolué dans le monde du travail. »

    Contact : 03.23.38.84.07 – 25 bis, Bd de Bad-Kostritz – mail :contact@compagnie-bicarbonate.com

     

    Consultez l'article paru en version papier, ou via ce lien sur le site internet du Journal.

  3. Une jeune société de l'AISNE a recruté 6 APPRENTIS en 4 ans dans un bassin d'emploi au taux de chômage record

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Chauny, le 16 janvier 2018

    Remise du prix « Pépites de l'Alternance ».

    Créée en 2010 à Chauny, la SAS Compagnie du Bicarbonate a misé très tôt sur l'apprentissage pour accompagner son développement. Ce dispositif est actuellement discuté entre le gouvernement, les partenaires sociaux et les régions pour qu'il devienne une voie d'excellence et de réussite accessible à tous les jeunes. Cette concertation aboutira à la remise d'un rapport début février 2018 (Source).

    La France compte un peu plus de 400.000 apprentis, un chiffre qui n'a guère évolué ces dernières décennies. C'est trois fois moins qu'en Allemagne. Pourtant, 85 % des jeunes décrochent un CDI dans les 7 mois qui suivent leur entrée sur le marché du travail. Partant de ce constat, le gouvernement s'efforce d'améliorer cette manière de se former, ce qui pourrait doper les activités de la Compagnie du Bicarbonate.

    En effet, cette société, trois ans après sa création, a accueilli en 2013 son premier alternant, Dimitri Royer, dans le cadre de son BTS Management des Unités Commerciales (MUC). 5 autres jeunes suivront la même démarche dans des domaines variés : gestion des stocks, préparation des commandes, la relation client, et le développement web (lire le récapitulatif ci-après).

    Auparavant, l'entreprise avait pris l'habitude d'accueillir des stagiaires sur des périodes limitées à 6 mois. Au contraire, l'alternance s'inscrit sur des durées plus longues - un an renouvelable en fonction du diplôme préparé - et favorise l'intégration progressive des jeunes.

    Les allers-retours hebdomadaires des jeunes entre la société et leur école sont jugés vivifiants par Nicolas Palangié, fondateur et directeur de la Compagnie du Bicarbonate. Ce dernier a noué des liens de proximité avec le Lycée Gay-Lussac de Chauny ainsi que l'INSSET de Saint-Quentin. Il échange régulièrement avec les professeurs, par mail ou au téléphone, voire via une plateforme connectée mise en place par l'INSSET facilitant la sauvegarde et la validation de documents de suivi : rapports de visite du professeur, bulletins de note, travaux divers etc.

    Cette relation de confiance se traduit par une présélection anticipée des profils les plus pertinents en fonction des besoins en recrutement.

    Les 30 kilomètres séparant Saint-Quentin de Chauny engendrent cependant des difficultés de déplacement ou de logement : la société est donc intervenue pour aider les jeunes.

    L'engagement de la Compagnie du Bicarbonate dans l'apprentissage lui a valu d'être lauréate du concours 2017 des « Pépites de l'Alternance » ouvert aux entreprises basées dans la Région Hauts-de-France, organisé par les membres du Clubster école/entreprise.

    Un mode d'intégration tourné vers la prise d'initiatives

    La petite taille de l'entreprise et la grande diversité de l'équipe - âges, formations, parcours - forment un environnement propice à l'enrichissement mutuel et à la fertilisation intellectuelle permanente. Ainsi, une grande importance est accordée à la délégation, à la force de proposition et à l'autonomie.

    Dès leur arrivée, les jeunes sont sensibilisés aux valeurs de l'entreprise, en particulier la solidarité, le respect et l'ambition. Pour avancer personnellement et faire avancer l'entreprise, une bonne intégration se mesure à certains détails comprenant la ponctualité, l'écoute des consignes. Nicolas Palangié estime que ces dimensions sont fondamentales, surtout lorsqu'il s'agit d'une première expérience professionnelle. Il veille à confier aux jeunes des responsabilités échelonnées dans le temps même sur des fonctions majeures et vitales pour l'entreprise.

    Un partenariat gagnant-gagnant entre l'entreprise, les jeunes et le territoire

    Malgré certaines contraintes, l'alternant bénéficiant de tous les droits d'un salarié lambda, une société, dès son lancement, a tout intérêt à s'approprier ce dispositif pour disposer en interne de compétences pointues sans trop peser sur les coûts salariaux. Lorsqu'un certain niveau de développement est atteint, l'apprentissage demeure un bon vecteur d'actualisation des pratiques et des technologies pour une entreprise mature.

    L'enjeu devient alors de fidéliser les jeunes, de les ancrer dans l'entreprise, ce qui contribue à la bonne santé économique du territoire. D'ailleurs, la Compagnie du Bicarbonate est située à Chauny, dans le bassin d'emploi référencé sous la Ville de Tergnier selon les statistiques de l'INSEE. Il se classe parmi les taux de chômage les plus élevés de la France métropolitaine, vers les 15 % environ.

    La localité possède pourtant de nombreux avantages concurrentiels favorables à l'installation d'entreprises. Le recrutement en alternance est facilité par la présence de nombreuses formations et en face, de peu de demandes, l'activité privée étant relativement faible. A cela s'ajoutent des coûts abordables en termes d'immobiliers d'entreprise, de salaires, de produits du quotidien par rapport aux grands centres urbains, et une qualité de vie appréciable.

    Quant aux alternants, l'apprentissage est source d'épanouissement professionnel, de confrontation à la réalité et aux exigences du monde du travail, d'acquisition de nouvelles compétences. Un bon moyen d'apprendre à partir de notions théoriques abordées en cours, de rentrer dans la vie active, de vivre de son travail, de se construire un avenir dans l'enceinte même de l'entreprise, le diplôme n'étant pas une fin en soi.

    Pour ces jeunes dont les cursus courent jusqu'au niveau Bac+5, ce mode de formation se révèle déjà une voie d'excellence. Certains d'entre eux, moins orientés vers un profil scolaire, valident leur diplôme avec aisance et obtiennent les premières places de leurs promotions respectives. Il faut souligner la participation active de l'entreprise à leurs évaluations par la notation.

    Récapitulatif de la situation des 6 anciens/actuels alternants de la Compagnie du Bicarbonate :

    De gauche à droite : Océane Dosigian, Dimitri Royer et Geoffrey Lopez.

    Dimitri Royer, recruté par la société à l'issue de son alternance en 2015, est issu du BTS Management des Unités Commerciales (MUC) proposé par le lycée Gay-Lussac de Chauny. Etudiante, Océane Dosigian poursuit actuellement le même parcours que Dimitri. Léna Vignon est aussi passée par ce diplôme et projette de créer son entreprise ou de parfaire son niveau d'études.

    Dans un tout autre registre, trois autres alternants ont développé leurs compétences dans le cadre de la licence « développeur web » de l'INSSET de Saint-Quentin. Il s'agit de David Gabrielli, ingénieur d'études chez Niji, et de Thierry Rizzo, alternant chez Air France Cargo en préparation d'un Master « Gestion de projets informatiques ». Enfin, Geoffrey Lopez, en Master 1ère année « Cloud computing » à l'INSSET de Saint-Quentin après la licence déjà citée, continue à officier au sein de la Compagnie du Bicarbonate pour la deuxième année consécutive.

    Découvrez leurs témoignages respectifs dans l'espace presse de la Compagnie du Bicarbonate.

    Contact presse :

    Nicolas Opigez

    Mail : nicolas.opigez@compagnie-bicarbonate.com – Tel. 06.84.97.39.18

  4. APPRENTISSAGE : les alternants témoignent

    6 alternants: 6 vécus de l'alternance à la Compagnie du Bicarbonate

     

    Océane Dosigian, Alternante à la Compagnie du Bicarbonate

    Océane Dosigian

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Aujourd'hui, j'ai 20 ans. Avant mon intégration à la Compagnie du Bicarbonate, j'étais étudiante diplômée d'un Bac Professionnel Commerce en 2016, en BTS Assistant Manager. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « Je l'ai su grâce à une alternante qui y travaillait lors de son BTS. »

    Dans le cadre de quel diplôme es-tu alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'ai intégré la Compagnie du Bicarbonate pour y préparer un BTS Management des Unités Commerciales pendant deux ans. »

    Quelle sont tes missions actuelles ?

    « Je suis chargée de préparer les commandes des clients, je m'occupe de leurs commandes à partir du moment où elles sont passées par le client jusqu'à leur départ de nos locaux, et même après. Je suis également chargée de renseigner le client par téléphone et par mail, de répondre à leurs besoins. »

    Quelle est la valeur ajoutée de ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je suis actuellement étudiante à la Compagnie du Bicarbonate pendant deux ans. Cette situation école/entreprise me permet de découvrir le monde du travail tout en poursuivant mes études. Mon expérience à la Compagnie du Bicarbonate me permet de découvrir un domaine qui m'était inconnu et d'approfondir mes connaissances, mais aussi d'améliorer mes compétences professionnelles. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « Une licence en alternance, je ne sais pas encore dans quelle filière. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfaite de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance car j'apprécie le fait que l'école et l'entreprise soient combinées. Je peux découvrir en étant en situation directe lorsque je suis présente en entreprise, je peux également poursuivre mes études pour obtenir mon diplôme, et cela, tout en travaillant. »

    David Gabrielli

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ? 

    « Avant mon arrivée à la Compagnie du Bicarbonate, j'avais 19 ans et je venais tout juste d'obtenir mon DUT Services et réseaux de communication que j'ai obtenu à la suite de mon Bac S ».

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « Je l'ai su par le biais du directeur de la Licence professionnelle dans laquelle j'étais inscrit, il m'a indiqué qu'une entreprise proche du Saint-Quentinois cherchait un alternant ».

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Dans le cadre de la Licence Professionnelle Développement Web proposée par l'Université de Picardie Jules Verne. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes différentes missions lors de mon année d'alternance à la Compagnie furent la gestion du site e-commerce basé sur Magento : création de fiches produits plus ou moins complexes, gestion du SEO dû à l'importance du positionnement du site sur les moteurs de recherche, gestion des réseaux sociaux, aide à la gestion de la refonte du site e-commerce, démarrage d'un projet de progiciel de gestion intégré. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Aujourd'hui, je suis ingénieur d'études, développeur front-end Javascript, dans une entreprise lilloise en CDI depuis début septembre. La Compagnie du bicarbonate a été ma première vraie expérience professionnelle dans le domaine de mes études autre que des stages, c'est ce qui m'a mis le "pied à l'étrier" et m'a permis de démarrer dans ma vie professionnelle. Un autre aspect qui fut intéressant est que le fait que la Compagnie soit une PME : j'étais le seul responsable de l'informatique dans l'entreprise, j'ai donc pris des décisions et cherché les réponses aux questions par moi même, ou contacté les experts informatiques des différents domaines avec lesquels travaillaient l'entreprise. Cet aspect impliquait aussi de ne pas rester que sur mes tâches mais de donner un coup de main au conditionnement ou à la préparation des commandes, c'est aussi une bonne chose car ça permet de comprendre les problématiques de toutes les personnes impliquées dans l'entreprise et ensuite, de pouvoir prendre de meilleures décisions. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?
    « Monter en compétences sur les différents framework Javascript afin d'avoir une base solide sur cette technologie pour, dans le futur, devenir expert technique ou architecte, voire CTO, mais en tout cas avoir un poste de référant technologique dans mon domaine. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance afin de rentrer au plus tôt dans la vie professionnelle et pratiquer au plus vite ce que j'apprenais à l'école, ne pas avoir que la partie théorique mais tout mettre en pratique. Je suis plus que satisfait de ce choix, toutes mes expériences d'alternance m'ont appris beaucoup et m'ont surtout apporté un niveau d'expériences que d'autres n'ont pas en sortant de l'école. Cela m'aide beaucoup aujourd'hui et je recommanderai l'alternance à toutes les personnes dont les études le permettent. »

    Geoffrey Lopez, Développeur web et alternant à la Compagnie du Bicarbonate

    Geoffrey Lopez

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je suis arrivé à la Compagnie à l'âge de 19 ans. Je venais d'obtenir mon DUT Métiers du Multimédia et de l'Internet, niveau bac +2, et je rentrais en licence professionnelle Web Developer à l'INSSET de Saint-Quentin, en alternance. C'est donc à ce moment que j'ai intégré la Compagnie du Bicarbonate. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J'ai trouvé une offre d'emploi sur internet. J'ai passé un entretien puis j'ai été engagé pour un an en tant qu'apprenti webmaster. »  

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'ai par la suite prolongé mon contrat jusqu'en septembre 2019 dans le cadre d'un Master Cloud & Computing toujours à l'INSSET de Saint-Quentin. »

    Quelle sont tes missions actuelles ?

    « Tout d'abord assurer la maintenance et la sécurité du site commercial mais également des blogs. J'ai également développé plusieurs outils informatiques permettant à l'entreprise de se développer en automatisant / informatisant certaines tâches et en donnant accès à certaines statistiques. J'ai assuré quelques missions de graphiste et de community manager. J'ai pris goût au commerce en ligne et aux valeurs de la Compagnie du Bicarbonate. »

    Quelle est la valeur ajoutée de ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Aujourd'hui, je suis toujours à la Compagnie du Bicarbonate en effectuant ma deuxième année en alternance. Il me restera une année en alternance avant de rentrer à 100% dans la vie professionnelle. J'ai conçu mon parcours professionnel de manière à avoir un maximum d'expérience pour compléter les diplômes. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J'aimerai géré une équipe sur des projets e-commerces. Mon rêve est de créer ma propre entreprise. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « Je suis satisfait de l'alternance et je la conseille à tous les jeunes. Il est parfois difficile et ennuyeux pour certains étudiants de n'avoir que la théorie. L'alternance permet d'avoir l'expérience et de mettre en pratique la théorie. De plus, l'alternance donne à l'apprenti le statut de salarié qui permet de commencer à avoir une certaine indépendance et la maturité indispensable en entreprise. Nous, les alternants, avons des responsabilités et devons faire preuve d'initiative. »

    Thierry Rizzo

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « J’avais 20 ans et je venais d’obtenir un Brevet de Technicien Supérieur en programmation et réseaux. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?
    « C’est l’INSSET de Saint-Quentin qui a fait relais de l'offre proposée par la Compagnie du Bicarbonate. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « J’ai effectué un an d’alternance à la Compagnie du Bicarbonate dans le cadre de ma Licence Pro Web Developpeur. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?
    « Dans un premier temps, seule la mission de développeur m’était affectée. Ce n’est que dans un second temps, lorsque j’ai bien assimilé l’image de l’entreprise, que j’ai réalisé des travaux plus artistiques : étiquettes produit, communication internet, vidéos, etc. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?
    « Je suis actuellement en deuxième année de Master MIAGE à l'UFR des Sciences à Amiens. J’effectue mon alternance à Air France, où je suis Assistant à la Maîtrise et plus récemment Chef de projet junior. Ayant totalement changé de domaine et de taille d’entreprise, ces deux expériences sont complémentaires, elles m’apportent une vision globale du monde du travail. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?
    « À l'issue de mon alternance, je postulerai en tant que jeune cadre au sein d’Air France. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?
    « L'alternance permet d'accumuler de l’expérience pendant la préparation d'un diplôme, elle permet aussi de ne pas avoir à se poser de questions financières contrairement à beaucoup d'étudiants en formation continue. Elle valorise votre profil et vous ouvre des portes. Un jeune diplômé avec de l’expérience sera presque toujours prioritaire sur une personne n'ayant que des connaissances théoriques lors d’un recrutement. »

    Dimitri Royer

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « J'avais 19 ans et j'étais en première année de BTS NRC. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J’étais déjà stagiaire au sein de la Compagnie du Bicarbonate et j'ai demandé s'il était possible de continuer en alternance dans l'entreprise. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Je réalisais mon BTS MUC en alternance. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes missions consistaient à préparer des commandes, produire, gérer l'accueil téléphonique et physique, les stocks. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Je suis actuellement en CDI au sein de la Compagnie du Bicarbonate. Mon expérience à la Compagnie du Bicarbonate m'a permis de démarrer dans la vie active, de prendre confiance en moi. J'ai progressé en même temps que l'entreprise. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J'aimerai gérer une équipe au sein de l'entreprise. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfait de ton choix à ce jour ?

    « J'ai choisi l'alternance pour obtenir de l'expérience professionnelle car j'ai fais un bac technologique, donc je n'ai pas effectué de stage. Oui, je suis satisfait de mon choix car cela m'a permis de rentrer dans la vie active à la fin de mes études. »

    Léna Vignon, ancienne alternante à la Compagnie du Bicarbonate

    Léna Vignon

    Quelle était ta situation avant ton passage à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Avant mon passage à la Compagnie du bicarbonate, je venais de terminer mon Bac professionnel commerce, j’avais 18 ans. »

    Comment as-tu su que la Compagnie du Bicarbonate accueille des alternant(e)s dans son équipe ?

    « J’ai su que la Compagnie du bicarbonate accueillait des alternants grâce à l’une de mes professeurs au lycée Gay Lussac. »

    Dans le cadre de quel diplôme as-tu été alternant à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Dans le cadre du BTS MUC. »

    Quelle a été ta (tes) mission(s) à la Compagnie du Bicarbonate ?

    « Mes missions étaient de préparer les commandes de particuliers et de professionnels, j’ai également fait du conditionnement, je répondais aux questions et réclamations des clients par téléphone ou par mail, je gérais les stocks. J’ai aussi appris à préparer et à participer à des salons en présence de Nicolas qui m’a accompagné à chaque salon. »

    Quelle est ta situation maintenant ? En quoi ton expérience à la Compagnie du Bicarbonate a-t-elle contribué à ce que tu es et ce que tu fais maintenant ?

    « Je suis actuellement en recherche d’emploi en intérim. La Compagnie du bicarbonate m’a aidé à avoir plus confiance en moi dans mes décisions, ils m’ont appris à être polyvalente ce qui m’as permis d’apprendre beaucoup de choses. »

    Quelles sont les prochaines étapes de ton projet professionnel ?

    « J’essaie de mettre de l’argent de côté pour pouvoir ouvrir une boulangerie et je me suis inscrite avec l’école EF pour partir à l’étranger pendant 3 mois pour améliorer mon anglais. »

    Enfin, pourquoi as-tu choisi l'alternance et es-tu satisfaite de ton choix à ce jour ?

    « Oui, car j’ai toujours pensé que l’on apprend mieux avec la pratique que le théorique, je suis très satisfaite de mon choix, cela m’a permis d’acquérir de l’expérience. »

  5. "Le deal florissant d’une poudre qui fait rêver" - Article de "Picardie Information", parution Mai - Juillet 2016

    Picardie Information parle de la Compagnie du Bicarbonate dans la 16ème édition Mai - Juillet 2016 !

    Retrouvez l'article en cliquant sur l'image ce-dessous :

  6. Biocontact parle de notre Scrubb dans la revue n°269

    Biocontact ont rédigé un petit article sur notre scrubb, le savon "grattant" !

    Voici l'article en question ci-dessous (cliquez dessus pour l'afficher en grand format)

  7. "Compagnie du bicarbonate, innover pour se développer" Picardie la Gazette 01/04/2016

    Découvrez l'article de "Picardie la Gazette" consacré à la croissance de la Compagnie du Bicarbonate.

  8. "Marseille : un savon pour garagistes aux mains sales et femmes à la peau délicate" Europe 1 24/03/2016

    Cliquez pour consulter la vidéo.
    Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
    Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

    Non, personne n’a résolu la quadrature du nettoyage. Il s’agit juste d’une bonne idée : réunir deux régions, et surtout, deux savoir-faire. L’un dans le bicarbonate, puissant détachant et dégraissant ; l’autre dans le savon de Marseille, réputé bénéfique pour la peau. La compagnie du Bicarbonate en Picardie s’est donc associée à la Savonnerie du Sérail en Provence, pour développer "le Scrubb", un nouveau savon grattant, dégraissant qui protège la peau.

    Il est destiné aux bricoleurs et aux garagistes et évidemment, fabriqué dans la pure tradition des savons à Marseille (Bouches-du-Rhône). D’après les mécaniciens qui l’ont testé, il nettoie aussi bien que des produits spécialisés. Mais ils apprécient surtout son côté doux, sain, totalement naturel… tout le contraire des pâtes chimiques traditionnelles.

    Quand on se lave les mains avec ce savon, des petits grains de bicarbonate se détachent et vont gratter la peau pour mieux la débarrasser des saletés. C’est avec ces grains que le fabricant veut maintenant séduire les femmes, en se positionnant comme un gommage à base de produits naturels. Ce genre de collaboration offre de nouveaux débouchés aux savonneries traditionnelles. Les quatre ou cinq restantes souffrent terriblement face à tous ces savons dits "de Marseille", mais qui ne sont pas fabriqués dans les règles de l’art.

    Cibler le gommage ou les garagistes leur permet de se diversifier, d’être plus présents dans la grande distribution. Et, en bout de chaîne, de nous donner accès à des produits innovants et de qualité. Même si j’imagine mal ma femme se faire un gommage avec mon savon plein de cambouis.

    Lien photos 1, cliquez ici.

    Lien photos 2, cliquez ici.

    Lien photos 3, cliquez ici.

  9. Entreprendre sur la Radio SANEF - mars 2016

    radio-sanef

    Découvrez le reportage de la radio SANEF sur le scrubb.

     

  10. "Deux entreprises s'allient pour créer le Scrubb" les Echos 23/03/2016

    logo les echos
    Par Paul Molga

    Deux entreprises ont uni leur matière première pour créer le Scrubb, un savon pour garagistes que s'approprient les femmes.

    mains sales nettoyés par le scrubb

    C'est une drôle de recette que viennent de concocter ensemble la Compagnie du Bicarbonate et la Savonnerie Le Serail. Baptisé « Scrubb », ce nouveau produit « gratte comme une Scotch-Brite et adoucit comme une crème apaisante », selon son concepteur, Nicolas Palangié. Composé pour moitié de bicarbonate de sodium, et pour moitié d'huile d'olive, de palme, de coco et d'amande douce, additionné d'essence de lavandin ou de citron. Ce savon a été testé par un panel de garagistes qui ont, selon le producteur, apprécié sa délicatesse quand il s'agit de se laver les mains encrassées au moins deux fois par heure. Mais son marché est plus large : grâce aux grains de bicarbonate, le Scrubb veut plaire aux femmes en se plaçant dans la catégorie des exfoliants et gommages à base de produits naturels.

    Comme le savon de Marseille, le bicarbonate est un composé chimique inorganique biodégradable, dont les fabricants affirment qu'il est sans danger pour l'environnement et pour l'homme. Il trouve de multiples applications « comme détachant avant lavage, pour absorber les mauvaises odeurs, désinfecter, blanchir les dents, rafraîchir l'haleine, et même pour désherber et repousser les parasites », détaille Nicolas Palangié.

    200 points de vente

    La poudre à tout faire promet de nouveaux débouchés à la pâte phocéenne verte. Une première collaboration, initiée en 2013, a donné naissance à un savon détachant de 80 grammes enrichi à 25 % de bicarbonate, le Lingot, que la formule écologique a fait entrer dans plus de 200 points de vente en France et en Belgique.

    La Compagnie et la Savonnerie distribuent également des copeaux de savon de Marseille additionnés de poudre pour en renforcer l'efficacité et dissoudre une partie des graisses du savon qui engorgent les filtres et les canalisations.

    Pour la Savonnerie Le Serail, une des dernières entreprises artisanales qui fabrique selon la tradition, c'est l'occasion de faire entrer son savoir-faire dans la grande distribution. Elle produit désormais chaque mois près de 40 tonnes de savon.

    Retrouvez l'article sur le site internet du journal Les Echos.

Articles 1 à 10 sur un total de 95